Commémoration de la Victoire du 8 mai 1945

C'est un peu après 9 heures que le Maire, des membres du Conseil Municipal ainsi qu'une dizaine de Mandrais, dont nos doyens, sont venus se rassembler autour du monument aux morts, situé en plein coeur du bourg.

 

Un air de cuivre a retentit dans le village, sonnant le coup d'envoi de la cérémonie. Monsieur Robert Wullus, notre doyen, a prêté main forte au Maire pour déposer la gerbe commémorative. Michel Osmond a ensuite prononcé le discours officiel, dans une atmosphère empreinte de solennité et d'émotion rendant ainsi hommage aux Français, et plus particulièrement aux Mandrais morts pour la France.

 

Puis, La Musique de Bourth, accompagnée de notre Maire à la trompette, ont fait résonner la sonnerie aux morts et la Marseillaise pour clôturer ce moment d'émotion.

 

De son côté, le soleil a fait une percée durant notre hymne national, réchauffant ainsi l'assemblée ici réunie.

 

Tout le monde s'est ensuite retrouvé à la Mairie pour partager brioches et cafés en toute convivialité, pendant que les coureurs de la foulée Vernolienne traversaient Mandres.

Télécharger
Discours officiel
Commémoration de la Victoire du 8 mai 1945 - Message du secrétaire d’État auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire.
Discours 8 mai 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 87.0 KB

à Propos

Ce 8 mai, la France commémore le 72e anniversaire de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Signée en deux temps, la capitulation de l’armée du Reich a mis fin à un conflit qui fit plus de 36 millions de morts sur le continent.

Citation extraite du discours de François Hollande, Président de la République, lors de la cérémonie de Panthéonisation du 27 mai 2015

« L'histoire, la nôtre, l'histoire de France, nous élève. Elle nous unit quand elle devient mémoire partagée. L'histoire, elle nous montre la grandeur des femmes et des hommes qui l'ont faite. Elle nous montre aussi ce que sont nos forces et ce que peuvent être nos faiblesses. L'histoire, elle nous donne bien plus qu'un héritage à célébrer, bien davantage qu'un patrimoine à entretenir. L'histoire nous transmet l'éminente responsabilité d'être à la hauteur, à la hauteur du passé, à la hauteur des défis d'aujourd'hui et de demain. »

Liberté - Paul Eluard

Sur mes cahiers d’écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable sur la neige

J’écris ton nom

 

Sur toutes les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J’écris ton nom

 

Sur les images dorées

Sur les armes des guerriers

Sur la couronne des rois

J’écris ton nom

 

Sur la jungle et le désert

Sur les nids sur les genêts

Sur l’écho de mon enfance

J’écris ton nom

 

Sur les merveilles des nuits

Sur le pain blanc des journées

Sur les saisons fiancées

J’écris ton nom

 

Sur tous mes chiffons d’azur

Sur l’étang soleil moisi

Sur le lac lune vivante

J’écris ton nom

 

Sur les champs sur l’horizon

Sur les ailes des oiseaux

Et sur le moulin des ombres

J’écris ton nom

 

Sur chaque bouffée d’aurore

Sur la mer sur les bateaux

Sur la montagne démente

J’écris ton nom

 

Sur la mousse des nuages

Sur les sueurs de l’orage

Sur la pluie épaisse et fade

J’écris ton nom

 

Sur les formes scintillantes

Sur les cloches des couleurs

Sur la vérité physique

J’écris ton nom

 

Sur les sentiers éveillés

Sur les routes déployées

Sur les places qui débordent

J’écris ton nom

 

Sur la lampe qui s’allume

Sur la lampe qui s’éteint

Sur mes maisons réunies

J’écris ton nom

 

Sur le fruit coupé en deux

Du miroir et de ma chambre

Sur mon lit coquille vide

J’écris ton nom

 

Sur mon chien gourmand et tendre

Sur ses oreilles dressées

Sur sa patte maladroite

J’écris ton nom

 

Sur le tremplin de ma porte

Sur les objets familiers

Sur le flot du feu béni

J’écris ton nom

 

Sur toute chair accordée

Sur le front de mes amis

Sur chaque main qui se tend

J’écris ton nom

 

Sur la vitre des surprises

Sur les lèvres attentives

Bien au-dessus du silence

J’écris ton nom

 

Sur mes refuges détruits

Sur mes phares écroulés

Sur les murs de mon ennui

J’écris ton nom

 

Sur l’absence sans désir

Sur la solitude nue

Sur les marches de la mort

J’écris ton nom

 

Sur la santé revenue

Sur le risque disparu

Sur l’espoir sans souvenir

J’écris ton nom

 

Et par le pouvoir d’un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

 

Liberté.

 

Paul Eluard

Poésie et vérité 1942 (recueil clandestin)

Au rendez-vous allemand (1945, Les Editions de Minuit)

Écrire commentaire

Commentaires: 0