Fête de la citrouille 2016

Citrouille en folie

Dans notre commune tout le monde possède un jardin, tout le monde plante et cultive, tout le monde a la main verte. Et sans faire le concours de la plus grosse cucurbitacée, il faut avouer que les jeunes Mandrais avaient de belles pièces à découper. Cela n'a pas été facile car, après un été ensoleillé et un début d’automne sec et clément, les écorces se montraient épaisses, dures, rétives au couteau le plus pointu. Ce qui n'a pas empêché une trentaine de personnes et d'enfants costumés, de s'escrimer pour tenter de créer des lanternes plus artistiques qu'effrayantes, des lampions si harmonieusement découpés qu'ils devenaient de véritables dentelles. Il faut dire qu'au fil des ans nous nous améliorons, certains jeunes artistes arrivent avec feutres et cutters, d'autres avec leur propre citrouille aux teintes jamais vues rouge sombre ou jaune pâle.

Dessin de Marie-Laure Nicolaon
Dessin de Marie-Laure Nicolaon

Le jury, présidé par le doyen de Mandres, devenu lui aussi, au cours des ans, expert en matière de distribution des prix, en est resté perplexe. Il a décidé d’accorder à tous les participants un premier prix, remis par monsieur le Maire, qui consistait en bonbons à profusion, bracelets et colliers lumineux et chapeaux de sorciers.

Sculpture sur citrouille
Sculpture sur citrouille

Avec ou sans peur, même si trouille...

Pour se remettre de ces efforts tout le monde a apprécié le sang de vampire et le jus de coloquinte qui ressemblaient au kir et au jus d'orange. Puis chacun a emporté son chef d’œuvre éphémère car ils ne se conservent pas, mais ils feront la joie des poulaillers. 
Gilbert Nicolaon 

Écrire commentaire

Commentaires: 0